Sacrifiés, mais pas résignés
Au 1er janvier, si le taux réduit de TVA sera maintenu à 5%, le taux principal passera de 19,6% à 20%, et le taux intermédiaire sera relevé de 7% à 10%. Ces deux hausses, votées à l'automne 2012, doivent contribuer au financement des 20 milliards d'euros que coûtera le crédit d'impôt compétitivité-emploi (Cice), destiné aux entreprises.
« Au total, le gouvernement va ponctionner sept milliards d'euros dans les poches du peuple, tout ça pour payer le cadeau de 20 milliards d'euros par an fait au Medef." La CGT, qui estime que la TVA est une taxe injuste, pourrait, elle aussi, appeler à manifester le 1er décembre.
Redoutant une nouvelle coalition de mécontents, le gouvernement a déjà fait quelques gestes. Dans le bâtiment, tous les travaux de rénovation énergétique des logements passeront au taux de TVA réduit de 5,5%. Dans les loisirs, un fonds spécifique sera créé pour aider les centres équestres à faire face au passage de la TVA sur leur activité de 7% à 20%. Dans la culture, les places de cinéma jouiront de la TVA réduite à 5,5%, plutôt que du taux intermédiaire à 10%… Des gestes qui, pour le moment, sont loin d'avoir contenté tout le monde.
Qu’en sera-t-il des éleveurs félins, canins, éducateurs canins, toiletteurs, etc. ?
Un chaton vendu 850 euros est vendu à perte par la majorité des éleveurs professionnels (déclarés, dits « familiaux »). Avant 2012, l’éleveur devait rendre 44.31 euros à l’état, la TVA était alors à 5.5 %. En 2012, il a dû rendre 55.61 euros la TVA étant passée à 7 %. Avec une hausse de la TVA à 20 %, le même éleveur devra rendre 141.67 en 2014. Son déficit se creusera encore.
Si l’éleveur répercute l’augmentation de la TVA sur le prix de vente des chatons, le particulier achètera son animal 950 €…
Que va-t-il se passer ? L’état va continuer à encourager les élevages sauvages, les élevages industriels et les marchands et trafiquants d’animaux. Tout ce que condamnent les éleveurs professionnels.
Les particuliers s’orienteront alors vers les pseudo-éleveurs peu scrupuleux du bien-être de leurs animaux et du bonheur de leur futur propriétaire, qui leur proposeront des chatons (chiots, furets, etc.) à prix réduit, non suivis sanitairement, non vermifugés, non vaccinés, les seules choses obligatoires actuellement, lors de la vente d’un animal de compagnie, étant l’identification, l'attestation de cession et le document d'information sur les besoins de l'animal...
Nous vous invitons à réfléchir sur le devenir de notre profession et à nous soutenir en signant la pétition :
http://www.avaaz.org/fr/robin_des_bois_a_l_envers_d/?copy
https://www.change.org/fr/p%C3%A9titions/les-oubli%C3%A9s-demandent-%C3%A0-m-fran%C3%A7ois-hollande-m-pierre-moscovici-m-bernard-caseneuve-m-st%C3%A9phane-le-foll-supprimer-d%C3%A9finitivement-la-d%C3%A9cision-de-passage-de-la-tva-qui-doit-augmenter-de-7-%C3%A0-20-sur-les-ventes-de-chiots-et-de-chatons
Quelques liens pour info :
http://www.infoveto.com/fiche/augmentation-de-la-tva-pour-les-eleveurs-le-snpcc-se-mobilise/
http://www.snpcc.com/spip.php?page=legislation&id_mot=48
http://www.coordinationrurale.fr/petition-a-signer-non-a-la-hausse-de-la-tva-pour-les-centres-equestres.html
Pour calmer le jeu, le gouvernement a accepté d'attendre juillet pour le passage à 20 % en n'augmentant que de la moitié à partir de janvier. C'est reculer pour mieux sauter et il nous faut rester vigilent...
Retour à la page d'accueil
 
Chargement des bibliothéques...